repos forcé

suite à la maladie pieds, mains, bouche de Gaspard, je dois rester à la maison aujourd’hui. Je crois que c’est la première fois en 4 ans que je prends un jour pour enfant malade!

Mais comme il est probablement contagieux, il ne peut aller ni à l’école, ni chez la nounou. Mes parents l’ont pris mardi, mercredi et le reprennent demain, mais pas aujourd’hui.

Sur le moment, je me suis sentie mal de ne pas aller bosser, mais maintenant, je positive. Jules est chez la nounou, et je profite de Gaspard et d’un peu de temps pour faire des trucs inhabituels.

Et notamment, c’est incroyable, pour la première fois de ma vie, j’ai repassé pendant 45 minutes! Mieux vaut tard que jamais… J’ai peur d’y prendre goût et de ne plus vouloir mettre des vêtements non repassés…

 



Envie de faire des économies

Ces derniers temps, nous nous sommes bien fait plaisir, nous avons voyagé, acheté des vêtements, chaussures, mangé au resto.

Et nous avons également pris l’habitude d’aller à carrefour pour les courses. Ca a commencé avec les albums panini disney, puis, on y est retournés car il y a quand même plus de choix que chez aldi. Mais la dernière fois, on en a eu pour 160 euros! C’est trop à mon goût!

Donc, à partir de maintenant, on fait gaffe, car les fêtes arrivent, et on va encore bien dépenser!

Surtout qu’on a renégocié le prêt avec la banque, et on s’est rajouté 200 par mois à payer en plus…

 



La journée des quarts d’heure

Aujourd’hui, je vais essayer d’alterner les 1/4 d’heure d’activité et de détente.

Au cours de mes premières 15 minutes de boulot, j’ai quand même eu le temps de faire des papiers pour la sécu, pour l’école, pour la cantine, de faire la vaisselle et débarrasser la table. Pas mal! On surestime souvent le temps que prennent les choses…

Bon, je ne traîne pas, car il ne me reste que 11 minutes de détente ;-)



15 minutes

Je suis une spécialiste du:  » je me pose 5 minutes devant l’ordi, et je m’y mets ».

Mais les 5 minutes se transforment généralement en 2 heures.

Dans la méthode flyladies, on fait tout par tranche de 15 minutes.

J’ai adapté la règle pour moi aujourd’hui: je bosse 15 minutes dans la maison (tri, rangement, cuisine, ménage…), et je me détends 15 minutes(ou moins si possible).

Mon téléphone me sert de minuteur.

Ce qui est bien dans cette méthode, c’est que généralement, le plus dur, c’est de s’y mettre, mais quand tu as commencé quelque chose, tu continues, même si les 15 minutes sont écoulées.

Là, je viens de faire le tour de la cuisine, j’ai enlevé tout ce qui n’avait rien à faire là, et j’ai lancé une brioche dans la machine à pain, car ça fait presque un an que j’ai le paquet, mais que je ne fais pas!!!

J’ai aussi pour projet de manger tous les trucs qui trainent depuis des mois, et que personne ne mange: les boites de thon, les soupes lyophilisées, les céréales dont les enfants ne veulent pas. Je suis la poubelle de la maison. C’est toujours moi qui finit les reste…

Allez, il me reste 6 minutes de détente, et j’y retourne!



La note nouvelle est arrivée!

Je me suis fait inspecter en mars dernier. J’attendais la note depuis,et j’allais régulièrement vérifier sur ma boite mail professionnelle.

Et ce matin, ça y est!

Pour ma première note, après l’iufm, j’ai eu une inspectrice qui notait sévèrement et qui m’avait mis 11.

Puis, 5 ans sans inspection. Alors que c’est tous les 3 ans normalement. Ca freine l’avancement quand t’es pas inspectée…
Et là, elle m’a mis 13( c’est pas la même inspectrice!). C’est bien, car je ne pense pas que les inspecteurs puissent ajouter 3 ou 4 points d’un coup. Elle a mis 2 points de plus, c’est très positif.

Bon, j’ai encore une bonne marge de progression. Pour la prochaine, je serai dans le même poste depuis 3 ans, je devrais être au point.

Rendez vous en 2014!



deuxième glossy box

Au programme: 1/une crème desincrustante pour le visage. 2/un lait démaquillant 3/un shampoing 4/4 minis rouges à lèvre agnes b 5/un mini parfum. Non, pas un échantillon vapo en plastique, une mini bouteille en forme de diamant. Trop mimi!

Je l’ai reçue à midi, à 14heures, j’étais dans le bain pour essayer tout ça…

Voilà un petit bonheur dont je ne risque pas de me lasser…



négatif ou positif

J’ai souvent des idées d’article pour le blog, que je repousse à plus tard par manque de temps.

Ces derniers temps, il y en a deux que j’ai eu envie d’écrire, et qui, au bout du compte, se rejoignent.

Le premier sujet concerne les « personnes négatives ». Celles qui voient le mal partout, qui critiquent tout et tout le monde. Ces personnes là me donnent le cafard. Quand une de nos « amies » critique tous ses propres amis, on sait qu’on s’en prend plein la tronche par derrière, ou alors, on est très naïve. Je déteste aussi les remarques cinglantes de certains parents d’élève, ou les conseils bien-pensants de membres de la famille qui, indirectement, désapprouvent nos choix. Toute ce négativisme nous fait avoir peur des gens, nous empêche d’être spontané… La critique est leur mode de fonctionnement, et elles pensent « exister » en émettant sans cesse des commentaires négatifs sur tout. Mais bien souvent, il leur est impossible de dire ce qui est bien.
A l’inverse, certaines personnes ne procurent « que du bonheur »! Quelques heures avec elles te donnent du baume au coeur, t’apportent de la légèreté. Mais ces personnes sont tellement rares que je suis toujours sur mes gardes, et que je n’accorde pas facilement ma confiance. J’en ai pourtant rencontré plusieurs ces dernières années, ça me redonne un peu d’espoir!

Mais rien n’est tout noir ou tout blanc. Moi-même, je ne sais pas où je me situe dans tout ça. Je peux critiquer(mais ce n’est pas un automatisme!), et il est vrai que les compliments sont plus difficiles à faire.  A chaque fois que j’y pense, je me dis qu’il faut que je fasse des efforts pour voir ce qui est beau chez les gens, et arrêter de pointer leurs défauts.

Le deuxième sujet concerne les points de vue, qui peuvent eux  aussi être positifs ou négatifs. Je peux me morfondre et faire une dépression parce que je n’aurai plus de grossesse, ou bien, je peux me dire que j’ai la chance d’avoir un mari, 2 enfants, un job, une maison, mes parents, etc. Nous avons parlé à midi d’un petit garçon  qui se bat contre un cancer, qui fait rechute sur rechute, et à qui on attribue 60% de chance de survie. A côté de ça, quel est le poids d’une remarque amère de parents d’élève? ou du lave vaisselle qui est foutu?

On accorde trop d’importance à des futilités, au point de s’en rendre malade.J’aimerais réussir à garder en tête tout le positif, les petits rayons de soleil du quotidien, et faire abstraction du reste. Voir la vie du bon côté, tout simplement. Pas facile à faire! Et pas naturel non plus pour moi. Je pense que l’on peut être heureux, et ne pas s’en rendre compte, ou ne pas en profiter.

Dans beaucoup de bouquins de développement personnel/psychologie, ils conseillent la méditation. Idéale pour prendre du recul, et se recentrer sur l’essentiel. Par exemple, chaque soir, se remémorer un moment agréable de la journée. Il faut que j’essaye!

Tiens, aujourd’hui: Mon bonheur a été de retrouver Mikaël qui était absent depuis hier. Et aussi, mes petits( à l’école) qui commencent ENFIN à chanter avec moi les comptines.

Ce qui est dur, c’est que quand je cherche des évènements positifs, j’en ai 10 négatifs qui me traversent l’esprit… Il y a encore du boulot avant que je sois une vraie optimiste ;-)



Toucher le fond de l’eau…

John Gray dans « les hommes viennent de mars, les femmes de vénus », explique que les femmes, lorsqu’elles ne vont pas bien, doivent toucher le fond pour mieux remonter.

C’est ce qu’il m’est arrivé concernant l’envie de bébé. J’ai eu envie, envie, envie, j’ai été obsédée par ça, jusqu’à finir par une grosse crise de larmes dans un parc, après avoir vu 150 poussettes d’affilées. Nous avons parlé avec Mikaël, et il m’a dit quelque chose qui m’a marqué. Quand je lui disais que l’idée de ne plus jamais revivre de grossesse, accouchement, allaitement, etc m’ était insupportable, il m’a répondu que même si on ne revit pas ça, il y a plein de merveilleuses autres choses à vivre avec nos deux enfants.

Je vois Jules qui grandit de plus en plus, et qui se comporte de moins en moins en « bébé ». Nous aurons donc bientôt deux vrais « p’tits gars » que l’on pourra emmener dans pleins d’endroits intéressants, avec qui on pourra faire pleins d’activités, de jeux, etc.

Et quand je pense à ça, je me dis qu’un bébé au milieu de tout ça viendrait quelque peu « gâcher la fête », car il faudrait à nouveau compter avec les biberons, les siestes, la poussette, etc.

Je ne dis pas que j’ai oublié l’idée à 100% car je sais qu’un jour ou l’autre, l’envie me reprendra. Mais je suis à nouveau sereine et heureuse. Je suis décidée à profiter de mes trois amours, sans rêver de changement. Car c’est bien de ça qu’il s’agit. Une grossesse est un projet, un changement, une manière de casser la routine. A nous de casser la routine autrement: des voyages, des sorties, de bons moments… C’est plus facile, et moins risqué…



ME and MY LIFE ..P.M |
Ce que je pense ... |
etsionetaitheureux |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | TEDDY victime de la bêtise ...
| UN PASSE LOINTAIN
| This time it's the right