Ne vous noyez pas dans un verre d’eau

de Richard Carlson. EXCELLENTISSIME bouquin, que je conseille à tous ceux qui veulent une vie sereine… Si, si, achetez-le! (5,60 euros)

Il est composé d’une centaine de petits articles hyper concis. Il va droit au but, et on se retrouve tous dedans. ( Alors que c’est un homme, et américain, donc peu de points communs avec moi…)

J’aimerais en un claquement de doigts, réussir à mettre en oeuvre tous ses conseils, mais il y a du travail…

En tout  cas, aujourd’hui, je retiendrai celui-ci: pensez à ce que vous avez, plutot qu’à ce qui vous manque.

Et quand je pense à tout ce que j’ai( humainement, évidemment, il ne s’agit pas de biens matériels), je me sens heureuse. Et ça remet à leur place les petits tracas du quotidien. Pourquoi se prendre la tête pour quelques kilos ou pour le boulot? Le bonheur est déjà présent dans ma vie. A moi de l’apprécier…



trop de tout!

Dans chaque pièce de la maison, il y a des objets dont on ne se sert pas. On les garde parce que c’est un cadeau, ou parce que l’on s’en servira au moins une fois dans l’année, ou parce qu’on l’a payé cher, etc.

Régulièrement, je trie et je donne, je me débarasse. Mais certains objets restent malgré tout. Je pense que je sens revenir en moi une envie de gros désencombrement! Pourquoi garder des trucs inutiles? Ca me fera mal au coeur le premier jour, et après, j’oublierai…

Je pense surtout aux jouets. Les jouets de bébé sont gros, encombrants. Et finalement, les enfants les utilisent peu ou pas du tout. Encore une fois, s’en séparer veut dire que c’est la fin d’une époque: la période « bébé ».

Allez, je vais prendre un gros sac et trier un peu…



Deux rythmes bien différents

Comme je l’ai dit dans l’article précédent, j’ai eu une journée bien remplie. Comme c’est très agréable pour moi, je me suis demandé pourquoi ça n’était pas toujours comme ça…

Et bien, c’est parce que là, je suis en vacances, donc pleine d’énergie. J’ai eu 2 jours d’arrêt maladie, où j’ai pu me reposer et récupérer, et maintenant, je peux me mettre à l’action.

Quand je bosse, je suis épuisée, pour plusieurs raisons:

- je me lève à 6 heures (pour essayer d’être au boulot à 7h)

- et je me couche à minuit, pour avoir l’impression de profiter du seul temps libre qui me reste (après 20h).

- Donc, je ne dors pas assez.

- Et surtout, mon boulot me vide complètement. A ce sujet, je demande le sentiment de mes chères collègues instits: Etes vous aussi vidées le soir?

Ce qui est dur c’est qu’en présence des élèves, il faut réussir à gérer des activités, du matériel, des enchaînements, des horaires, la sécurité, le calme, le respect des règles… Quand ils sont partis, on gère encore du matériel, des évaluations, on anticipe, on planifie, on élabore des projets, on rencontre les parents…

Je me sens souvent en surcharge cognitive!!! Le cerveau fonctionne à plein régime…

Et le soir, je rentre, je me mets sur OFF. Je ne suis plus capable de rien.

Mais bizarrement, les week-ends aussi je suis sur OFF, comme s’il me fallait plusieurs jours pour m’en remettre. :-) Ce qui fait que j’ai l’impression de laisser traîner les choses, de ne pas avancer, et de tout repousser aux vacances prochaines.

Bref, j’espère que cet état de faits ne durera pas toute ma carrière. Peut être qu’en prenant les choses moins à coeur, ou en restant plusieurs années dans le même niveau, ou en dormant davantage, je serai moins crevée…

En tout cas, c’est le début des vacances, donc je vais profiter de cette période faste pour remettre les choses dans l’ordre…



Une journée comme je les aime

C’est à  dire très active, pour tout le monde.

Les enfants ont fait de la pâte à modeler, de la peinture, des puzzles, des jeux de société, ont joué dehors, sont allés se ballader… Tout ça a été possible car on était 3 adultes à se relayer.

M. a retourné une partie du terrain d’à côte, jeté des trucs à la déchetterie( dont une vieille TV!), fait du sport …

Et moi, j’ai hyper bien bossé pour la rentrée, j’ai trié des placards, dressé une liste de choses à faire pendant les vacances…

Aaaaaaaaah! Si chaque jour était comme ça…



le bon compromis

Nous avons finalement enlevé ce matin la télé du salon.

Ce qui fait que:

- les enfants ne l’ont plus au réveil, et en fond sonore pendant qu’ils jouent.

- nous n’avons plus la tentation de leur dire  » je te mets la télé », pour avoir le calme pendant qu’on fait autre chose.

- nous, on ne l’allume plus automatiquement pendant la sieste des enfants, ou tout autre moment « vide » de la journée.

A présent, il faut aller dans notre chambre pour la regarder. Et ce n’est pas naturel pour nous. On ne va pas aller s’enfermer dans la chambre en plein jour pour ça!

Ca n’est pas trop radical. On ne se prive pas à 100%. Et on est toujours libre de regarder ce qui nous semble VRAIMENT interessant. Par exemple, le 16 mars, il y aura la diffusion du concert des enfoirés, je ne le rate JAMAIS. C’est un rituel tous les ans pour moi. J’adore découvrir les nouveaux duos, les nouveaux titres…

Un autre au revoir aussi : la console. J’y ai beaucoup joué ces derniers temps. Gaspard me le demandait tout le temps, et moi, ça me plaisait aussi. Mais comme tous les écrans, c’est dur de faire les choses à moitié. Quand je suis prise dans un jeu, je veux avancer, et le finir. Et j’ai justement terminé les 2 jeux que nous avions commencé. Donc STOP! Qu’est ce que ça apporte à Gaspard de me regarder jouer? De la passivité… et rien d’autre.



Ca y est!

Ce matin, 51,4 kg!!!

Bon, ok, j’ai la grippe, et je suis bien détraquée au niveau intestinal, donc ça m’a aidé. Et tant mieux! Il faut bien qu’il y ait quelques avantages à être malade…

Il reste 4 jours en février pour stabiliser.

J’ai déjà hâte d’être en mars pour commencer le nouveau défi du kilo en moins.

C’est jouissif quand on y arrive! Pourtant, j’étais un peu découragée, car je stagnais. Mais là, la niaque est revenue.

Pour moi, pendant les vacances, c’est plus facile de faire des menus légers. Quand je bosse, et que je rentre fatiguée, j’ai plus tendance à me tourner vers de la nourriture riche, pour me réconforter. Là, je peux cuisiner plus tôt, avant d’avoir trop faim. Et je peux aussi prendre plus de temps.

Vivement les beaux jours!

 



re-marre de la télé

En ce moment, j’en suis à me demander si il y a au moins un programme qui vaille assez le coup pour garder la télé. Il y a deux ou trois émissions que j’aime bien, mais je pense quand même pouvoir survivre sans :-)

Pendant un moment, je pensais que c’était bien de la garder pour les enfants. Mais je m’aperçois qu’ils ne la demandent jamais. Si on leur met, ils la regardent, mais sans plus. Au contraire, je pense qu’ils apprécieront davantage de regarder un dvd de temps en temps.

Reste à convaincre mon cher et tendre. Il n’est pas foncièrement contre, mais ça n’est pas lui qui me dira  » on l’enlève ».

Bref, je n’ai plus qu’un pas à franchir: le faire concrètement.

Ca demandera encore une adaptation mais on aura l’impression de mieux profiter de nos journées, comme la dernière fois (3 mois sans télé)

A suivre…



Nouvelles chambres

On a reçu le grand lit de Jules, qui était jusqu’à présent dans un lit à barreaux.

C’est un lit cabane surélevé ( 3 suisses, pour ceux qui veulent aller voir). Il est super, mais il ne tient plus rien d’autre dans sa chambre, qui fait 7 m2. ( Sa cellule, comme disent certains ;-) )

Du coup, je récupère ses anciens meubles, et je les mets dans la chambre de Gaspard (13m2). Et je réorganise les jouets, en fonction des rangements créés.

Avec le petit matelas du lit à barreaux, j’ai créé une banquette pour lire sous le lit de Jules.

Bref, je m’éclate, je décore, et les enfants sont ravis de jouer un peu dans les deux chambres.

Autre avantage( ou pas?), je peux à présent me coucher à côté de Jules dans son lit. Bien pour les réveils nocturnes…



J’y suis presque!

Ces derniers jours, j’ai vu 52,1 et 52,0 kilos sur la balance. Je veux voir le 51(même si c’est virgule 9!) , donc j’y suis presque!

J’ai perdu du ventre. On n’a plus l’impression que j’attend un bébé, c’est déjà ça!

Aujourd’hui, on a emmené les enfants au Quick, pour les jeux. On leur a pris un menu, mais rien pour nous. Au départ, on voulait prendre un truc, mais je me suis rendue compte que rien ne me faisait assez plaisir pour casser le régime. Donc, ça a été facile de ne rien prendre.

Et au final, Jules n’a rien mangé, donc on a partagé son menu. Juste ce qu’il faut pour apprécier, sans excès.

 



un kilo par mois: pas si facile!

Je pensais que je n’aurai aucun mal, aucun effort à fournir, voire que je maigrirai plus vite sans problème.

Mais non, on est bientôt au milieu du mois, et je suis loin d’avoir perdu mon kilo!

J’ai fait attention tout le week end, mais j’ai grossi!?!

Mais lors de mes dernières courses, j’ai à nouveau été intraitable. Il n’y a plus rien de « trop gras, trop sucré, trop salé ». La dernière fois, je m’étais accordé quelques petits plaisirs, qui ne m’ont pas fait grossir, mais m’ont certainement un peu empêché de maigrir.

Il faut donc que je fasse des efforts, car j’attaque les kilos qui sont bien incrustés. Je pense que ça fait 2 ans que je n’ai pas été en dessous de 52 kg.

Donc, cette semaine, il faut que je descende sous les 52, et il me restera une semaine pour stabiliser la perte de poids.



12

ME and MY LIFE ..P.M |
Ce que je pense ... |
etsionetaitheureux |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | TEDDY victime de la bêtise ...
| UN PASSE LOINTAIN
| This time it's the right