Désencombrement

Hier, je me suis levée en sachant que je ne foutrais rien de la journée. On le sent quand c’est comme ça. C’est le genre de journée démoralisante et culpabilisante.

Ce matin, comme je suis seule avec Gaspard, nous nous sommes levés à 10h30. Encore une fois, j’ai culpabilisé. Mais je n’ai pas regretté ensuite, car le reste de la journée a été hyper productif!

J’ai commencé par trier et ranger les papiers de la famille (le peu qu’on reçoit encore par courrier). Ça m’a forcé à mettre le nez dans un meuble que j’ai désencombré et rangé. Ce qui m’a amenée dans un autre meuble que j’ai également réorganisé.

Puis, j’ai tenté d’avoir une vue d’ensemble des gros objets de la maison et me suis demandée ce que l’on pouvait enlever pour dégager un peu d’espace. Je vais enlever 2 gros fauteuils qui ne servent pas vraiment.

Toute la journée, je me suis répété:  » on a trop, trop, trop »!!! Il faut en enlever encore et encore. Mais c’est parfois dur de franchir le pas. En particulier pour les objets sentimentaux, ou pour ceux qui coûtent de l’argent.

Je sais que ce qui va me poser problème dans les années à venir, ce sont les travaux et productions scolaires des enfants. Je suis déjà envahie. En sachant qu’ils feront au minimum 13 ans d’école chacun, je n’ose pas imaginer le bordel à entreposer. Il faudra donc trier. Perso, je n’ai presque plus rien de mon enfance. J’ai gardé mes livrets scolaires(de la primaire au lycée), un ou 2 cahiers, et quelques dessins. Et en bonne adepte du minimalisme, je n’en veux pas à mes parents de ne pas avoir tout gardé.

Aujourd’hui, j’ai jeté toutes les cartes postales et lettres de mon enfance. Cela fait mal au cœur, mais je sais que je ne les relirai jamais. Je n’ai pas besoin de les avoir pour me souvenir que j’ai eu des amies proches dans mon enfance et mon adolescence. J’ai encore les cartes plus récentes, des 10 dernières années environ.

Ces derniers temps, je m’attelle au rangement de toutes mes photos. Je vais remplacer tous les petits albums ou pochettes par de grands albums où tout sera réuni. Cela prend moins de place et est plus facile à regarder.

Pour en revenir au désencombrement, il est dur de se séparer d’objets qui ont été payés cher. En plus de mon ordinateur portable, qui est le seul que j’utilise, j’ai un fixe, qui est installé dans les combles, mais qui ne sert jamais. Mikaël avait envie de le virer, et moi aussi, j’étais convaincue, bien que ça me faisait mal au cœur car il m’a été offert par ma grand mère. Je l’ai allumé pour ôter toute trace de nous avant de le virer, puis ça a fait tilt dans ma tête. Au rdc, nous avons des tas de jeux de PC qu’on nous a donné pour les enfants. Résultat: Gaspard a joué un bon moment et je n’ai plus envie de le donner.

J’ai aussi mon pocket PC que j’ai acheté il y a moins d’un an. Il me SAOULE car il rame à fond. Je le garde ou je le vends? On a aussi l’ancien ordi de Mikaël que j’avais emmené à mon école… Et on a trois imprimantes!!! Toutes en état de fonctionner. Ça prend une place ces machins! Puis, on a  des CD-ROM qui prennent aussi une étagère. Que de place perdue pour des objets qui ne servent pas…

Dans les trucs chers qui résistent encore au désencombrement: la guitare, le pied, la housse, l’accordeur. J’ai peur de m’en séparer et d’avoir envie de ré-apprendre plus tard. Il faudrait que je prenne un prof pour être sûre de ne pas lâcher en chemin.

Les chaînes hi-fi et les CD ne servent à rien non plus chez nous. On en a deux. Même les enfants ne les écoutent pas. Peut -être les voudront-ils un jour, mais ils préféreront sûrement un lecteur MP3 ou un truc plus moderne. Personnellement, j’écoute soit la radio, soit deezer sur mon téléphone… Tout est numérique maintenant, plus besoin de tout ce bazar… Je n’ai cependant pas le courage de m’en séparer car « ça peut servir »…

La console PS2 est dépassée également. Mais ça représente de l’argent avec les jeux, donc dur de se dire « je file à Emmaüs ». Gaspard voudrait y jouer, mais nous n’avons qu’une télé où nous ne pouvons pas la brancher.

Tout cela est fatigant car j’ai l’impression de brasser du vent et de tourner en rond. Oui, on a trop et il faut se débarrasser. Le gâchis d’argent est déjà fait de toute façon, et ce n’est pas de garder qui ramènera la monnaie :-)

Mais en y allant petit à petit, on réussit à alléger un peu quand même. Et ce qui n’est pas parti aujourd’hui, partira lors d’une autre journée de désencombrement…

 

 

 



La lecture et moi

Comme vous le savez, lorsque je fais les choses, je n’ai pas de demie mesure (ou rarement).

Je fais des régimes drastiques, je passe de 0 sport à 2h/ jour, etc.

Et bien pour la lecture, c’est pareil. Je lis peu de romans depuis que je suis adulte, car j’ai l’impression que lire dans le seul but de se divertir, est une perte de temps.

J’ai donc pris l’habitude de lire des bouquins de « vie pratique », « développement personnel », psychologie. Sans doute parce que cela me donne la sensation d’agir ou d’apprendre, tout en lisant.

Ces derniers temps, je me suis remise aux romans. Le premier a été au Maroc. C’étaient mes premières vacances sans les enfants, sans cuisine ni ménage à faire. Que de temps libre devant nous. Pendant que Mikaël nageait dans la piscine à 19 °C (brr!!!), je savourais mon histoire…

Puis, une amie m’en a prêté d’autres. Je les ai longtemps ignorés, puis me suis autorisée une fois de temps en temps à en lire un.

C’est un plaisir et un loisir particulier. Pendant le temps de la lecture, on se retrouve dans le monde de quelqu’un d’autre, dans une autre vie. Personnellement, il m’est très dur d’en sortir pour revenir à la réalité. C’est pour cela que quand je lis un roman, en 2 ou 3 jours(parfois une semaine) , je le termine. Certaines personnes lisent 10 pages par jour ou par semaine, cela m’est impossible…

Je me suis lancée dans la trilogie « 50 nuances de Grey ». J’ai avalé le premier tome de 500 pages en 3 jours. Je suis en vacances, donc j’ai le temps de lire! J’ai espéré que la fin du premier tome me permettrait d’attendre un peu avant d’entamer la suite, mais évidemment, non! Il faut que je sache… Je viens donc d’acheter le tome 2 qui est plus long!!!

Mais je me pose cette question: à quoi vont ressembler mes vacances?!? A la lecture de 1500 pages?

Je m’étais prévu du rangement, du tri, du boulot pour l’école. A-t-on le droit de céder autant aux loisirs et à la détente? Pour me déculpabiliser, certain(e)s me diront que les vacances, c’est fait pour ça, mais je ne sais pas si je peux vraiment y croire…

Pour satisfaire ma conscience, je m’autoriserai à lire 3 ou 4 heures par jour seulement, et je commencerai ma journée par quelques corvées…

Un deuxième problème métaphysique: lorsque l’on lit avidement une belle histoire d’amour, n’a-t-on pas envie de devenir cette héroïne? N’a-t-on pas envie d’être dans ce monde que l’on découvre, ou seuls les sentiments nobles existent, plutôt que dans notre « métro, boulot, dodo » du quotidien?

Les romans parlent (presque) toujours des débuts d’une relation. Là où les sensations et sentiments sont les plus exacerbés. Cela me renvoie à mon passé. Oui, j’ai vécu tout ça, et c’était génial!!! Le plus dur est de se dire que c’est derrière moi… d’où la petite amertume qu’il me reste parfois lorsque je referme la dernière page d’une belle histoire.

Il faut peut -être que je cherche des romans qui parlent de « vieux couples », je me retrouverais davantage dans les personnages ;-)

Nb: pour lutter contre une interprétation hâtive de mes paroles, je précise que tout va très bien avec Mikaël, mais personne ne me fera croire que les sensations sont aussi intenses après 12 ans de vie commune, soyons honnêtes :-)

 



L’esprit de compétition et de réussite

Certain l’ont et d’autres pas.

Moi, je l’ai toujours eu. En primaire, il y avait des classements entre élèves. Je m’obligeais à être dans les 3 premiers. J’étais souvent 2 ou 3ème. Je crois que je n’ai été 1ère qu’une seule fois. Cela constituait un réel moteur pour moi. Je savais pourquoi je bossais, j’avais un objectif.

Dans le sport, c’est pareil. J’aime jouer et j’aime gagner. J’aime réussir les coups que j’anticipe. J’aime la compétition, les enjeux. Encore une fois, c’est un moteur pour moi, pour m’entraîner davantage, progresser. C’est pour cela que le tennis et le badminton me plaisent. Et c’est également pour ça que la course à pied, ça me gave! Ou alors, il me faudrait un enjeu, donc participer à des courses avec classement.

J’aime réussir ce que j’entreprends. Et quand je considère que c’est suffisant, je passe à autre chose.

Quand on ne fonctionne pas comme ça, on peut croire que c’est une envie d’écraser les autres. Mais c’est faux! C’est seulement avec soi-même que cela se joue. On veut se prouver à soi-même que l’on a de la valeur. (peut être pour combler un manque de confiance en soi…)

Je me suis mise au tennis car il y a possibilité de faire des tournois individuels. Mais cela me fait un peu peur car il va falloir du temps avant de pouvoir avoir de bons résultats. Le prof me dit que j’ai le physique, que j’ai déjà des compétences grâce au badminton. Moi, je vois surtout toutes mes limites, mes ratés, tout ce que je ne maîtrise pas (services, revers, trajectoires, bref, tout!). Je me sens parfois découragée par ce long chemin à parcourir. Mais je me fixe pour objectif d’en faire une année entière avant de me décourager. Je suis sure qu’au bout d’un an, je serai impressionnée par tous les progrès que j’aurai fait.

 



photos

Depuis l’arrivée des photos numériques, on mitraille, on en a une tonne. On les garde dans un ordinateur.

Oui, mais si l’ordinateur nous lâche?

Et ben, on fait une sauvegarde sur un disque dur. Mais si l’ordinateur et le disque dur nous lâchent en même temps?

Et ben, on les imprime pour qu’il reste une trace papier. Oui, mais si la maison brûle avec l’ordi, le disque dur et les albums?

Et ben, on les mets sur le cloud, comme ça, il en restera toujours une trace, quoiqu’il arrive…

C’est ce que je suis en train de faire en ce moment. Ca me rassure…

Orange propose ce service gratuitement avec l’abonnement Internet. Tant mieux, car je n’aurais pas payé pour ça.

Je vais faire pareil pour mes documents de boulot. Car ça représente quand même des années de travail qui peuvent partir en fumée.



A quoi bon?

Aujourd’hui, je suis en mode déprime.

Le temps a son rôle à jouer. Dehors, il fait gris et humide. Mikaël est à Cannes cette semaine, il a un temps magnifique, et ce matin, au téléphone, il était en super forme.

Aujourd’hui, donc, rien ne me parait intéressant. J’ai l’impression que nous ne sommes que des petites fourmis qui reproduisons jour après jour le même travail, jusqu’à la fin de notre vie.

En ce moment, je trouve que je n’ai pas beaucoup de perspectives d’évolution. J’ai déjà construit ce que j’avais à construire: trouver un chéri, un travail, acheter une maison, faire des enfants. Et maintenant, je fais quoi?

Ces derniers mois, le régime et le sport m’ont bien occupée. J’avais pour but de me plaire physiquement. Je dois admettre que sans me prendre pour une top modèle, je me sens assez bien dans ma peau maintenant, donc cet objectif est atteint aussi.

Je me dis aussi que les loisirs ne sont qu’un leurre pour donner la sensation que l’on ne fait pas que des corvées. (Je vous le dis, je suis en mode déprime!) On lit ou on regarde la télé pour s’évader de notre propre vie, non?

Certain(e)s me diront que l’on s’épanouit grâce aux relations sociales. C’est vrai, en partie, mais le bonheur (ou le bien-être) se ressentent de l’intérieur, non?

A moi de trouver ce qui me remontera le moral. J’ai déjà une piste: aujourd’hui, c’est les 4 ans de Jules. Dans une heure, je retrouve mes deux loulous à l’école. Généralement, je suis bien contente d’avoir du temps sans eux, mais aujourd’hui, je veux être avec eux, les entendre rire, les câliner…



ME and MY LIFE ..P.M |
Ce que je pense ... |
etsionetaitheureux |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | TEDDY victime de la bêtise ...
| UN PASSE LOINTAIN
| This time it's the right