arrêt du tabac: un déclic qui va m’aider

Je devais arrêter lundi dernier. Mardi matin, je suis arrivée à mon boulot en pleurant. J’étais trop triste et frustrée de ne plus pouvoir fumer. On m’a donné des clopes, puis j’en ai racheté le lendemain.

Certains me disent que je ne suis pas prête, donc que ça ne sert à rien d’essayer.D’autres me disent que je dois avoir des problèmes à régler et que je devrais aller voir un psychologue.

Voilà ce que je pense: j’ai plein d’arguments pour arrêter, donc j’en ai envie. Je ne suis pas mieux en fumant. Je peux me passer du geste assez facilement.

Il me reste deux barrières qui rendent l’arrêt très difficile:

1/ la dépendance physique. J’ai finalement choisi de m’aider des chewing gums car le sevrage total est très violent pour moi. Mes nerfs me lâchent! Je pleure, je crie, je déprime, etc.

2/ la dépendance psychologique. C’est là que j’ai eu ce fameux déclic hier. J’ai compris un truc très important!!! Je me sers du tabac pour fuir certaines tâches. Les clopes que j’apprécie le plus sont celles que je prends seule à la maison. Je les fume avant et après chaque tâche pénible et répétitive, comme le linge, le ménage, la cuisine, le rangement, le boulot, etc. Je me suis rendue compte que je passais près de 1h30 à fumer par jour! Autant de temps que je ne consacre pas à mon quotidien ingrat…

Mais le problème est en fait la solution. Ce temps dégagé va me permettre à la fois d’avancer davantage à la maison, mais aussi de prendre des moments de détente supplémentaires.

J’ai une tonne de livres et articles en cours. Si je remplace les dix minutes de clope par un temps de lecture, je vais vite avancer.

En fait, ces 15 clopes correspondent à 15 fois 10 minutes par jour. Je peux les remplacer par du travail, du repos, de la détente, de la méditation, du gainage, etc. Mes journées seront mieux remplies et plus productives.

Il ne faut pas fuir, car cela ne résout pas le problème. Au contraire, je dois avancer pas à pas, trouver des solutions.

En prenant conscience de ça, la frustration de l’arrêt s’est amoindrie d’un coup. Je ne souffre plus de ne pas fumer à la maison.

Je verrai ce qu’il se passe dans les jours à venir. Je ne me pose pas encore l’ultimatum de l’arrêt total et définitif. Une marche à la fois…



jour J demain

Demain, j’arrête de fumer. Sans patch, sans chewing gum  car mes cigarettes sont tellement légères que ça me fait une surdose les substituts…

Il le faut, c’est maintenant le bon moment. Je pars en vacances dans 4 semaines, je ne veux pas être parasitée par un arrêt à ce moment.

J’ai déjà plein de stratégies,  d’idées de compensation,  etc.

Mais j’ai peur! Je sais que ça va être dur, que je vais déprimer, que mon cerveau va me jouer des tours pour me faire reprendre…

Je dois garder à l’esprit que c’est une bonne chose, une libération,  que je serai bien après. ..

Affaire à suivre



ME and MY LIFE ..P.M |
Ce que je pense ... |
etsionetaitheureux |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | TEDDY victime de la bêtise ...
| UN PASSE LOINTAIN
| This time it's the right